Entretien avec Véronique Keirse du Mont des Pins à Bomal

Entretien réalisé par Xavier Lechien, juillet 2010

Le Mont des Pins est un centre de vacances connu de longue date sur la commune. Aussi, étant donné leur engouement à s’investir dans une amélioration de leur gestion environnementale (projet EMAS), nous avons souhaité rencontrer les responsables de ce centre.
C’est Véronique Keirse, assistante-manager,
qui répond à nos questions.

ADL: Dans le petit monde des acteurs du tourisme de la région, lorsque l’on parle du Mont des Pins, on a un peu l’impression que l’on parle du loup qui sort du bois. Comment expliquer cette effervescence ?

Véronique Keirse : Des travaux importants de rénovation et de modernisation du centre se sont terminés il y a 3 ans. Dès ce moment, un travail gigantesque de nouvelle promotion s’est mis en place. Notamment une visibilité toute nouvelle via le site Internet et une possibilité de réservation on-line, ce qui n’existait pas. Je pense aussi que ce nouveau produit de détente et bien-être est arrivé au bon moment.

ADL: Cela représente un fameux remaniement du point de vue marketing ?

V.K. : Absolument. La volonté était claire : les travaux devaient nous donner l’impulsion nécessaire à nous réorienter. Nous avions dans les mains un outil de vacances issu des années septante, il fallait à tout prix le moderniser. Cela veut dire aussi rechercher une nouvelle clientèle. Une réflexion profonde a été faite sur nos valeurs et sur la plus-value que nous apportions dans le secteur. C’est comme ça que cette nouvelle visibilité est apparue, couleurs nature, design moderne, dynamique innovante. Du coup, d’un public de classes vertes ou d’enfants de la Mutualité, nous évoluons vers des jeunes couples, des personnes âgées, des personnes qui recherchent détente, gastronomie et bien-être.

 

ADL: Mais d’où vient ce remaniement ?

V.K. : Après le décès du précédent directeur, Mr Labalue, une volonté claire de Bruxelles était de changer de cap. Le nouveau manager, Mr Kris De Man, s’inscrit pleinement dans cette option de dynamisme et de modernité. Il est d’ailleurs à l’origine, ayant été formé au marketing, du nouveau logo et des nouvelles couleurs. Notre volonté est de coller au plus près à ce que nous offrons :  la nature autour de nous.

ADL: Cela a-t-il impliqué de forts changements au niveau de la gestion d’équipe ?

V.K. : Bien sûr ! Nous sommes à présent une équipe de 16 personnes, dont la moyenne d’âge doit se situer autour de 30 ans. Chaque personne rencontre le manager une fois par an pour une évaluation constructive.

 

ADL: Et à présent, comment se compose votre produit ?

V.K. : Nous avons 30 chambres de 4 lits et 16 dortoirs de 8 ou 10 lits. Soit au total, 264 lits. Un bar avec une terrasse et une grande pleine de jeux et un restaurant pouvant accueillir 200 personnes. Nous avons aussi 4 salles de séminaires et pouvons également organiser des mariages, des communions, anniversaires… Mais l’évolution principale que nous avons connue se situe au niveau du centre wellness. Nous avons en effet investi dans 4 chambres tout confort (spa, sauna, jacuzzi, hammam) ainsi qu’une possibilité de massothérapie. D’autres chambres sont en cours d’aménagement.

ADL: Ces investissements ne sont pas trop lourds au regard de la crise financière internationale ?

V.K. : Que du contraire ! Ce nouveau positionnement nous a permis de séduire un nouveau type de clientèle et surtout à renforcer la cohérence avec l’endroit où nous sommes : les réserves naturelles du Mont des Pins. Nous sommes à chaque fois surpris de constater à quel point nos clients viennent avant tout dans la région pour se détendre via la marche à pied. Nous n’avons pas encore beaucoup de recul par rapport à nos investissements. Mais nous pouvons avancer une hausse de 30 % en un an ! Il faut dire que notre budget annuel en publicité est dépassé à chaque fois. C’est important de se faire connaître et d’être visible !

ADL: Cette « Mutualité » est une véritable institution ! Comment fonctionnez-vous ?

V.K. : Nous appartenons en effet aux Mutualités Neutres dont le siège est situé à Bruxelles. C’est le centre névralgique et administratif. Nous avons aussi 2 autres centres de vacances à la côte belge. La plupart des décisions sont prises à Bruxelles, mais une décentralisation se met en place petit à petit. Nous devons toutefois rester fortement attentif à ce qui vient de la capitale et notamment toujours s’inscrire dans notre slogan : « Etre pionnier dans ce qu’on fait ! »

ADL: Vous travaillez, de ce fait, dans un environnement principalement néerlandophone. Est-ce une difficulté ou un avantage ?

V.K. : Vous allez rire, mais alors que j’étais en fin de 6e primaire, je me suis présentée à mes parents avec 3 choix d’écoles secondaires situées en Flandres ! Je voulais faire mes études en flamand. Je m’y suis plue et j’y ai fait 4 années. Cela a été dur au début, mais vous devinez la suite… A présent, je suis parfaite bilingue. Mais au-delà de la langue, j’apprécie beaucoup travailler dans un environnement flamand car ils sont bien plus rigoureux que les wallons. Ils savent rire et boire en dehors du boulot, mais lorsqu’il faut bosser, ils sont consciencieux et appliqués. Cela me convient parfaitement.

ADL: Ceci explique-t-il votre engagement dans le projet EMAS ?

V.K. : Je pense que oui, en grande partie. Un de nos centres de la Côte est déjà certifié pour sa gestion environnementale (Label La Clé Verte). Il est donc pertinent de chercher à l’être aussi. D’autre part, EMAS est très simple à mettre en place. Une fois l’audit de départ effectué, c’est à chaque entreprise de fixer ses objectifs de progression et d’avancer à son rythme. Le tout est d’être rigoureux et systématique. Cela correspond bien à notre façon de travailler. De plus, ce projet EMAS nous a séduit parce qu’il va nous permettre de croiser d’autres professionnels de la commune.

ADL: Vous vous sentez isolés sur le territoire ?

V.K. : Notre métier quotidien est très accaparent et notre souci, comme beaucoup, est de fidéliser et satisfaire une clientèle. Cela laisse donc peu de temps aux rencontres d’autres partenaires. Nous en sommes demandeurs, bien sûr. Nous avons quelques contacts avec le RSI de Bomal, avec le Golf Blue Green, mais nous pourrions faire plus. Nous gagnerions tellement à vendre collectivement le territoire de Durbuy, ses espaces nature, sa gastronomie… En fait, nous avons peu d’informations sur ce existe dans la région. Or, c’est grâce notamment aux échanges avec les autres que des initiatives nouvelles se font jour.

 

ADL: La proximité de la vieille ville de Durbuy est-elle un atout ?

V.K. : C’est indéniable, ce serait mentir de dire le contraire, mais au-delà des vieilles ruelles, c’est la beauté de l’environnement qui attire et la renommée internationale du dynamisme de Durbuy. Par exemple, sur l’adresse de notre centre, nous avons dû, à la demande des directeurs d’agences des Mutualités, mentionner Durbuy avant Bomal. Notre client cherche avant tout à se détendre et la vieille ville vient, entre autres, pour compléter le produit.

ADL: Quelles sont vos plus grandes satisfactions professionnelles ?

V.K. : C’est un plaisir de me lever tous les matins et de venir travailler ici. J’ai l’impression d’être utile. L’équipe étant dynamique, cela me donne envie de me donner à fond. Il n’y a que 3 ans que je suis ici, mais j’ai bien vite compris que ma plus grande satisfaction est celle d’un client heureux qui le montre et qui revient. C’est une belle reconnaissance. Le management, en plus,  est très encourageant.

ADL: Et à l’inverse quelles sont les difficultés majeures ?

V.K. : Etre une jeune femme dans un monde d’hommes n’est pas toujours la porte la plus facile pour démarrer. Mon autorité prend du temps pour s’installer et je dois trouver une relation différente pour me faire respecter, plus en finesse, et mettre de côté, parfois, une sensibilité trop grande. Heureusement, les Mutualités Neutres y sont attentives et elles offrent de grandes possibilités de formation.

 

 

ADL: Avant de se quitter, vous auriez quelques infos sur les perspectives du Mont des Pins ?

V.K. : Nous venons juste d’ouvrir un nouveau spa jacuzzi. Il est accessible à un public large sans devoir nécessairement prendre une chambre. Nous cherchons là à satisfaire une clientèle d’un jour. Nous programmons aussi la rénovation des dortoirs et nous continuons de nous inscrire dans une cohérence verte (matériaux écologiques, énergie alternative…). Nous devons davantage coller à l’esprit du Mont des Pins et à la splendeur de cet environnement. Nous avons beaucoup d’enfants en classe verte durant lesquelles leurs professeurs leur apprennent beaucoup de choses sur le respect de l’environnement et le développement durable. Si nous pouvons leur offrir un produit cohérent, c’est leur montrer qu’un changement de société est possible.


Domaine du Mont des Pins
Mont-des-Pins 100 à 6941 Bomal
Tél.: 086 21 21 36 - Fax: 086 21 03 56
montdespins@unmn.be - www.montdespins.be

Retour à l'introduction